Lib

-Lib- comme libre

La famille, premier bien pour l’enfant

Ce qui se transmet par la famille, même involontairement, se révèle finalement plus important que ce qui s’apprend à l’école. L’apprentissage de la langue orale, la gestion du temps libre, la limitation ou l’interdiction du temps sur les écrans se vivent en famille et sont primordiaux par rapport à ce qui se vit à l’école. L’école n’est là qu’en complément !

L’enfant : corps, âme et esprit ; une personne libre et vraie en devenir

La pédagogie de l’école des CoLibRis s’appuie sur l’héritage philosophique du personnalisme. La personne humaine est esprit, âme et corps. Elle n’est pas un individu isolé, elle est appelée à s’intégrer dans la communauté humaine, avec tout le savoir-vivre et l’ouverture aux autres que cela suppose.

L’école vise à cultiver et libérer, former et équiper l’intelligence. Elle est un lieu où l’on peut apprendre à réfléchir, à conceptualiser, à donner du sens au réel. Dans cette école, les services seront un temps où les enfants feront l’expérience concrète du bien commun. L’école des CoLibRis se propose donc de vivifier les savoirs en leur apportant une réalité pratique et en les reliant entre eux, tout cela en encourageant l’expérimentation et la parole des enfants.

L’enfant, libre de croire, en conscience dans une école non confessionnelle

Pour aider les enfants à grandir de façon équilibrée, l’apprentissage de l’intériorité est une priorité à l’école des CoLibRis. Il faut d’abord que les enfants se construisent eux-mêmes. C’est une des raisons pour lesquelles nous proposons la pédagogie d’inspiration Montessori en maternelles. Dès la petite section, puis tout au long de leur scolarité, nous leur apprendrons à écouter le silence qui est en eux avant d’écouter le silence extérieur et ainsi ouvrir la porte à leur conscience intérieure. Pour être libre, il faut apprendre le sens des savoirs et à réfléchir. Pour être responsable, il faut être conscient de ses actions. Il faut apprendre à raisonner et apprendre le plus tôt possible à poser des questions car c’est le questionnement qui éveille la conscience.

L’école des CoLibRis est non confessionnelle, ce qui n’exclut en rien la spiritualité. Cette conscience intérieure peut amener l’enfant à Dieu… ou pas. Nous tirerons les enfants vers le haut quelles que soient les croyances des familles. C’est pour toutes ces raisons que la question de Dieu n’est pas interdite dans notre école.

adipiscing felis libero. dapibus amet, Aenean ut Nullam mi, ipsum at Praesent